Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Damas  -  Bosra  -  Palmyre  -  Hama  -  Apamée  -  Alep  -  Saint-Siméon  -  Homs  

SYRIE









Demi-berceau de l’histoire de l’humanité… 


Pourquoi j’ai voulu aller en Syrie ? 

Visiter la Syrie, c’est visiter l’un des plus anciens foyers de civilisation du monde. Elle représente, à elle seul, un demi-berceau de l’histoire de l’humanité. On y développa, quand même, les sciences et l’astronomie, on y créa le premier alphabet et on y découvrit la première note de musique écrite.

C’est là, encore, qu’émergent les premiers villages agricoles du monde. 

Damas et Alep sont les villes les plus anciennes encore habitées au monde. Cet empire remontant de 2 500 à 2 400 ans avant J.C., fait de la langue d’Ébla, la langue sémitique la plus ancienne avec l'akkadien. 

La Syrie antique a longtemps rivalisé avec les plus grandes civilisations. Sa culture, ses artistes et ses poètes ont joué un rôle important à travers le monde durant des siècles. 

C’est un pays significatif dans l’histoire donc très convoité… Il fut occupé successivement par les Cananéens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Arméniens, les Romains, les Nabatéens, les Byzantins, les Arabes, partiellement par les Croisés, par les Turc Ottomans et enfin par les Français en protectorat provisoire pour mettre en place les conditions d’une pseudo future indépendance politique.  

Malheureusement on connait la suite, en 2011 commence le “printemps Arabe“, des manifestations en faveur de la démocratie et majoritairement pacifiques ont lieu dans tout le pays contre le régime baasiste du président Bachar el-Assad. De nombreux massacres, crimes de guerre et crimes contre l'humanité ont été commis, principalement par le régime syrien et l'État islamique. 

Depuis la Syrie est un vaste conflit sans fin détruisant des villes, des sites antiques millénaires et la vie de très nombreux syriens.  


En 2006, lorsque j’ai décidé de partir visiter la Syrie, ma famille et mes amis m’ont dit que j’étais fou d’aller dans un pays aussi dangereux. 

Et heureusement que j’y suis allé. J’ai vraiment eu beaucoup de chance d’avoir pu visiter ce magnifique pays et d’avoir rencontré des gens formidables. 


Après avoir parcouru la Jordanie et que notre chauffeur et notre guide nous aient déposé à la 

frontière Syrienne, nous avons rencontré notre nouvelle équipe. Une fois la douane passée notre 

nouveau chauffeur et notre nouveau guide nous accueillirent sur le sol syrien. 

Notre guide nous raconta qu’il était professeur d’histoire des écoles à Damas et qu’il était aussi 

guide lorsque des touristes les honoraient en venant visiter leur beau pays.  


Première journée en Syrie, nous sommes allés à Damas pour déposer nos bagages à hôtel. 


Damas : دمشق


Capitale de la Syrie, elle a plusieurs noms, Al-Cham et Madīnat al-yāsmīn “la ville du Jasmin“. Baignée par son histoire, elle est citée dans la Bible, dans le livre de la Genèse, écrit par Moïse, plusieurs fois dans les Livres des Rois, l’Ancien Testament et aussi des Prophètes, les Livres du judaïsme.  











La Grande Mosquée des Omeyyades :

Elle a été construite au VIIIe siècle entre 706 et 715 sur l'emplacement d'une basilique paléochrétienne. Néanmoins, son histoire fut pour le moins tourmentée, et son état actuel, s'il semble assez bien respecter la disposition originale, ne contient presque plus rien du style omeyyade.













                                 La Grande Mosquée                                              Le Grand Minaret                                               Le Minaret de Jésus


La mosquée subit en effet une série de catastrophes : un premier incendie en 1069, suivi d'autres en 1166 et 1174, amena les Ayyoubides à procéder à une série de restaurations ; puis la conquête mongole de Tamerlan en 1401, poussa à un nouveau travail de restauration par les Mamelouks, notamment sur le minaret ouest. En 1759, un tremblement de terre mit à mal le portique autour de la cour, avant qu'un nouvel incendie ne ravage le bâtiment, un siècle et demi plus tard, en 1893, et ne détruise la quasi-totalité des mosaïques. 












                                                                                                               Le Sahn - Cour intérieure


La mosquée ne conserve donc plus beaucoup d'éléments originaux, mais on pense que mis à part les plafonds, et sans doute les coupoles, elle a été volontairement, pendant les nombreuses restaurations, gardée dans son état initial. Il s'agit donc encore plus ou moins d'un bâtiment de style omeyyade. 

 

Le Palais Azem :

C’est une maison traditionnelle Damas, est un bon exemple de ce qu'est une demeure noble damascène. C’est un palais construit en 1750 qui abrite maintenant le musée des arts et traditions populaires.


















Le Souk al Hamidiyé :

C’est un marché couvert situé à l'entrée de la vieille ville, du côté de la porte Bab al Faraj. Très représentatif de la Damas métropolitaine, il mélange les traditions orientales et l'industrie moderne, notamment grâce à son toit métallique en forme d'arche. Séparés par des colonnes doriques issues de la Damas antique, les échoppes vendent des vêtements pour femmes, de la marqueterie, de la maroquinerie et des gadgets pour touristes. Idéal pour se baigner dans l’ambiance de cette superbe ville.

















Les épices et fruits secs se trouvent en peu plus loin, dans le souk al Bzouriya. 


Le lendemain, nous sommes partis dans le sud, à 2 h de voiture, pour Bosra. 


Bosra : بصرى


C’est une ancienne capitale de la région du Hauran. Située dans une région très fertile, au débouché des caravanes venant d’Arabie, Bosra connut la prospérité et joua un important rôle commercial. Très tôt christianisée, Bosra devint une étape importante sur l'ancienne route caravanière de La Mecque. Elle conserve, enserrés dans ses épaisses murailles, un théâtre romain du IIe siècle, des ruines paléochrétiennes et plusieurs mosquées plus tardives.

















Ce site antique est vraiment exceptionnel. Devant les colonnes corinthiennes du théâtre romain, un des plus beaux du monde, on se sent vraiment petit. 


Nous sommes retournés à Damas pour y passer une nouvelle nuit. 

Ce matin, direction la ville antique de Palmyre… 3h30 de route pour enfin découvrir le joyau de la Syrie. 

Sur la route entre Damas et Palmyre, en plein désert, une surprise nous attendait sur la route 66. Petite halte pour boire un excellent thé dans un endroit étonnant. 

Le Bagdad Café… Non ce n’est pas celui du film, en vérité, ce café se situe au carrefour de la route pour la frontière irakienne. 











Mais on s’y croyait quand même ! Et en plus, un super accueil à la hauteur de l'hospitalité locale. 


Palmyre : تدمر                                                                                    Site coup de cœur 


Située à côté de la ville Tadmor, ce site exceptionnel est classé patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980. 

Elle était un point de passage sur une des deux routes antiques conçues pour faciliter la traversée du désert, menant de Sippar à Qatna en Syrie. Cette route se divisait en plusieurs sous-branches pour finalement aboutir aux ports Phéniciens, à Damas, en Palestine, et également en Égypte. La ville est mentionnée dans les archives du site archéologique de Mari au XVIIIe siècle av. J.C.. 

















Au temps de son apogée au début du IIIe siècle, la ville de Palmyre était beaucoup plus étendue que l’actuel site archéologique, pourtant très vaste. La plupart des maisons étaient faites de briques crues, qui n’ont guère laissé de vestiges visibles. Palmyre fut du Ier siècle au IIIe siècle la plus grande puissance commerciale du Proche-Orient, prenant le relais de Pétra.

Lorsque j’étais au pied de ces ruines monumentales de cette exceptionnelle cité antique, j’en avais des frissons. Les seuls touristes que nous avons croisés, étaient un couple d’asiatique. Si non on était vraiment les seuls à se balader ce site extraordinaire. 

On a pu admirer l’incroyable decumanus, une rue à grandes colonnades, le superbe temple de Baalshamin, un sanctuaire dédié à l'origine au culte du dieu Baalshamin, le majestueux temple de Bêl, un monument hellénistique consacré au dieu Bêl, l’Arc monumental également appelé Arc de triomphe, le magnifique Théâtre romain, le temple de Nabû, un édifice religieux dédié Nabû, dieu babylonien du savoir, des arts et de l'écriture et le Tétrapyle.


Un peu excentrée se trouve la vallée des tombes, la nécropole de Palmyre. 












Comme toutes les villes antiques, Palmyre est entourée de nécropoles. Les tombeaux collectifs les plus anciens sont constitués par les tours funéraires. Ces édifices comportaient plusieurs centaines d’emplacements funéraires sur quatre ou cinq étages ornés de plafonds sculptés et peints.


Le site de Palmyre est dominé par la château médiéval Qalat ibn Maan. Il a été construit par les Mamelouks vers le XIIIe siècle1 sur une colline surplombant le site antique.

















Le château profitait d'une position défensive naturelle, renforcée par des remparts hauts et épais, entourés d'un fossé. L'unique accès à l'intérieur de la forteresse se faisait au moyen d'un pont-levis. 

De là-haut, il y a une vue magnifique de Palmyre. 


==========================================================================================

Malheureusement, de juillet à octobre 2015, l'Etat Islamique, a amputé Palmyre de ses plus beaux temples. Ils ont dynamité le temple de Bêl et de Baalshamin, détruit plusieurs des célèbres tours funéraires de la cité, uniques au monde, pulvérisé le Tétrapyle, détruit la partie centrale du théâtre romain avant de réduire en poussière l'Arc de triomphe. Sans compter que le château a été aussi endommagé par des bombardements du régime syrien.


Un vrai désastre ! 

==========================================================================================


Le soir, j’ai fêté mon anniversaire dans le restaurant de l’hôtel. Le chauffeur et le guide m’ont fait la surprise de m’offrir un énorme gâteau tout fluorescent et une bouteille de vin rouge pétillant syrien. J’ai été vraiment touché par ce geste. 


Le lendemain, route vers Hama à 3h de voiture. 


Hama : حماة


Cette ville est connue pour ses norias. C’est originellement une machine hydraulique permettant d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant, afin d'irriguer des cultures vivrières ou alimenter des aqueducs. Il ne reste plus que dix-sept norias parmi de nombreuses autres. Elles n'ont actuellement plus d'utilité pratique et sont conservées dans un but esthétique et historique. On les considère comme étant les plus splendides norias jamais construites. 











Les norias de Hama ont été construites à l'époque du bas empire romain d'Orient et certaines pouvaient atteindre jusqu’à 20m de diamètre. 


Nous reprîmes la route plus au nord en direction d’Apamée. 


Apamée : آفاميا


Actuel Qal`at al-Madhīq, c’est un site archéologique situé près du fleuve Oronte. Ses ruines remontent aux IIe et IIIe millénaires avant J.-C.. Au IVe siècle, elle était traversée par la plus grande avenue du monde antique, dont on peut encore voir les vestiges aujourd’hui : une colonnade élevée par Marc Aurèle. 

















À son apogée Apamée fut protégée par des remparts de plus de 8 km de long. La cité fut construite sur un plan orthogonal avec deux grand axe : Nord-Sud et Est-Ouest. À partir du IIe siècle, elle connut une grande phase d’urbanisme. Son centre devint une avenue, l'axe Nord-Sud de la ville, le Cardo, d'environ 22,50 m. de large, sur près de 2 km, il était bordé de larges portiques et paré de 1200 colonnes. Deux séismes particulièrement violents en 1152 et 1170 détruisirent pratiquement complètement le site antique.


Retour sur la route vers la ville mythique d’Alep pour y passer la nuit. 


Alep : حلب


Cette ville se dispute avec Damas le titre de " plus ancienne ville n'ayant jamais cessé d'être habitée ". Connue pour ses souks captivants, sa fascinante forteresse et bien sûr, le fameux savon d’Alep, ancêtre du savon de Marseille.


Étant habitée depuis le VIe millénaire av. J.-C., son importance historique 

est attribuée à son emplacement stratégique en tant que centre de 

commerce à mi-chemin entre la mer Méditerranée et la Mésopotamie, 

l'Irak moderne, puis à sa situation sur la route de la soie. 

Lorsque le canal de Suez a été inauguré en 1869, le commerce a été dévié 

vers la mer et Alep commença à décliner doucement. Ce déclin a contribué 

à la préservation de l'ancienne ville d'Alep, son architecture médiévale 

et son patrimoine traditionnel classé au patrimoine mondial de l'humanité 

par l'Unesco en 1986.


Le souk couvert d’Alep

C'est le plus grand marché couvert du monde, avec une longueur totale approximative de 13 kilomètres. La majeure partie du souk date du XIVe siècle. 












Le savon d'Alep a été élaboré, à l'origine, dans la ville d'Alep il y a 3 500 ans. Il est considéré comme le plus vieux savon du monde.

Le procédé de fabrication et sa composition du savon d’Alep n’ont jamais varié depuis l’antiquité. Huiles végétales, olive et baies de laurier, eau et soude végétale. Le savon traditionnel ne contient aucun produit de synthèse, aucun solvant, aucun colorant, aucun fixateur de parfum, aucun dérivé de graisse animale. 


La citadelle d'Alep

C’est un palais médiéval fortifié situé sur un promontoire dominant le centre-ville d'Alep et caractérisée par son imposante entrée fortifiée. La première citadelle d'Alep est construite à l'époque hellénistique par un général d'Alexandre le Grand. Cette citadelle n’a pas arrêté d’être attaquée durant des siècles. L'aspect actuel du palais fortifié date de 1292. En 1400, la citadelle est endommagée lors du saccage d'Alep par les troupes de Tamerlan. Puis la citadelle est fortement endommagée lors d'un séisme en 1822 avant d'être une nouvelle fois restaurée en 1850 et 1851. 












L'une des caractéristiques de la citadelle est son imposante entrée fortifiée, 

accessible par un pont-escalier à huit arches. Cette entrée a été construite au 

début du XVIe siècle. À l'intérieur, une succession de cinq virages à angle 

droit et trois imposantes portes en acier, dont certaines possèdent des 

linteaux sculptés, opposaient autant d'obstacles à un assaut.

La citadelle est entourée d'un fossé profond de 20 m pour 30 m de large. 



==========================================================================================

Malheureusement Alep a été, comme Palmyre, durement touchée par la guerre civile. Une grande partie du souk a été détruite dès septembre 2012 par l'offensive rebelle puis par les incendies et les bombardements au cours de combats répétés entre l'armée et les rebelles. Il est aujourd'hui vide et déserté. 

En août 2012, la porte extérieure de la citadelle est endommagée après avoir été bombardée par des tirs d'obus rebelles. En juillet 2015, une section des remparts de ce site bâti au XIIIe siècle s'écroule après que la rébellion armée a fait exploser un tunnel situé dans la vieille ville. 

==========================================================================================


Après une dernière nuit à Alep, nous prenons la route 62 en direction du site du Monastère Saint-Siméon qui se trouve à 30 km d’Alep. 


Monastère Saint-Siméon


C’est un monastère paléochrétien en ruine, un exemple remarquable de l'architecture du Ve siècle qui comprend l'église de pèlerinage et le village d'hébergement. Il est construit autour de la colonne où vivait le stylite saint Siméon. 

 
















Après cette belle visite, nous sommes descendus vers le Sud-Ouest, à travers la régions d’Alep, pour atteindre la région d’Homs. 

 











Région d’Alep avec ses plantations d’oliviers


Homs : حمص


Cette ville se situe au centre d'une plaine vaste et fertile qui s'étend, à environ 500 mètres d'altitude. Construite à un carrefour stratégique important, elle se trouve au centre d’axes qui relient du Sud au Nord, Damas à Alep et d’Est en Ouest, via une trouée naturelle dans la double barrière montagneuse qui longe le littoral levantin ; l'oasis de Palmyre à la mer Méditerranée. Capitale d'un gouvernorat frontalier avec l'Irak, la Jordanie et le Liban et le plus étendu du pays, Homs était en 2017 la troisième ville la plus peuplée de Syrie. 


Le Krak des Chevaliers

C’est une pure merveille, situé dans l'ouest de la Syrie, sur les derniers contreforts du massif montagneux Jabal Ansariya, le krak des Chevaliers. C’est un château fort datant de l'époque des croisades. Dominant d'environ 500 mètres la plaine d'El-Bukeia, le Krak des Chevaliers fait partie d'un réseau défensif qui parcourt les frontières des anciens États latins d'Orient et contrôle la trouée d'Homs, point stratégique au carrefour des routes reliant Homs, à l'est, à la ville côtière de Tortose, à l'ouest, et Antioche, au nord, à Tripoli puis Beyrouth, au sud. C'est l'un des châteaux croisés les plus prestigieux et les mieux conservés. Il a été construit par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de 1142 à 1271. Une deuxième vague de travaux a été le fait des Mamelouks à la fin du XIIIe siècle.

















Au total, le Krak mesure 220m de long et 135m de large, pour une surface de 2,5 hectares : il peut abriter au moins 2 000 combattants. Il s’agit d’une véritable ville, la forteresse disposant d’un moulin à vent, d’un four à pain et d’un gigantesque grenier pour stocker la nourriture. De plus, des citernes et un puits assurent le ravitaillement en eau des hommes et un aqueduc alimente le berquil, bassin servant à abreuver les animaux. On trouve au Moyen Âge d’autres bâtiments fonctionnels comme le réfectoire, le dortoir et les écuries. Le Krak abrite également une chapelle, un cloître et une salle capitulaire voûtée en croisée d’ogive, où se réunissaient les Chevaliers, précédée d’une galerie de style gothique. 


Nous sommes rentrés sur Damas, des souvenirs plein la tête, pour passer notre dernière nuit en Syrie. 







Conclusion : Un voyage extraordinaire où nous avons pu découvrir un pays exceptionnel. Des sites superbes et des gens adorables qui faisaient tout leur possible pour rendre notre séjour parfait. Un super accueil, souriant, des syriens heureux de nous rencontrer et de nous faire partager leur culture. 

L’histoire m’a fait comprendre que nous avons vraiment eu raison de partir visiter ce beau pays car vu les circonstances de la guerre civile qui l’a frappée après, il faudra des années avant de revoir les sites merveilleux qu’il y avait avant le conflit. 

Je pense souvent aux personnes que nous avons croisé lors de notre périple. 

Que sont-ils devenus ? 


















Patchwork de nos belles rencontres en photos




Carte de notre périple















        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Capitale de la Syrie, elle a plusieurs noms, Al-Cham et Madīnat al-yāsmīn “la ville du Jasmin“.
Elle a été construite au VIIIe siècle entre 706 et 715 sur l'emplacement d'une basilique paléochrétienne.
Elle a été construite au VIIIe siècle entre 706 et 715 sur l'emplacement d'une basilique paléochrétienne.
Elle a été construite au VIIIe siècle entre 706 et 715 sur l'emplacement d'une basilique paléochrétienne.
Le Bagdad Café… Non ce n’est pas celui du film, en vérité, ce café se situe au carrefour de la route pour la frontière irakienne.
Le Bagdad Café… Non ce n’est pas celui du film, en vérité, ce café se situe au carrefour de la route pour la frontière irakienne.
Un peu excentrée se trouve la vallée des tombes, la nécropole de Palmyre.
Un peu excentrée se trouve la vallée des tombes, la nécropole de Palmyre.
Un peu excentrée se trouve la vallée des tombes, la nécropole de Palmyre.
Cette ville est connue pour ses norias. C’est originellement une machine hydraulique permettant d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant, afin d'irriguer des cultures vivrières ou alimenter des aqueducs.
Cette ville est connue pour ses norias. C’est originellement une machine hydraulique permettant d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant, afin d'irriguer des cultures vivrières ou alimenter des aqueducs.
Cette ville se dispute avec Damas le titre de " plus ancienne ville n'ayant jamais cessé d'être habitée ". Connue pour ses souks captivants, sa fascinante forteresse et bien sûr, le fameux savon d’Alep, ancêtre du savon de Marseille.
C'est le plus grand marché couvert du monde, avec une longueur totale approximative de 13 kilomètres. La majeure partie du souk date du XIVe siècle.
C'est le plus grand marché couvert du monde, avec une longueur totale approximative de 13 kilomètres. La majeure partie du souk date du XIVe siècle.
C'est le plus grand marché couvert du monde, avec une longueur totale approximative de 13 kilomètres. La majeure partie du souk date du XIVe siècle.
’est un palais médiéval fortifié situé sur un promontoire dominant le centre-ville d'Alep et caractérisée par son imposante entrée fortifiée.
’est un palais médiéval fortifié situé sur un promontoire dominant le centre-ville d'Alep et caractérisée par son imposante entrée fortifiée.
’est un palais médiéval fortifié situé sur un promontoire dominant le centre-ville d'Alep et caractérisée par son imposante entrée fortifiée.


© Textes et photographies : Stéphane Campagne/All rights reserved. 

Le contenu de ce site est protégé par le droit d’auteur, toute reproduction totale ou partielle est interdite







A PROPOS  -  CONTACT    

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.