Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

JAPON











Traditions, modernité et zen attitude…


Ce pays de contradictions, m’a toujours fasciné. J’avais toujours eu envie de vivre une expérience de voyage unique et de connaitre sa culture singulière et ancestrale qui suscitait ma curiosité. Ce Japon, un mélange de traditions, de modernité et de zen attitude. 

Terre aux milliers de temples et de sanctuaires, aux paysages magnifiques, aux jardins somptueux, aux ambiances et atmosphères particulières, à sa gastronomie exquise et à son accueil chaleureux, étaient autant de raisons pour me décider à préparer mon voyage au Japon.

Archipel aux 3 000 îles posées sur l’océan Pacifique, ce pays regorge de trésors innombrables qui ne cessent de surprendre les voyages qui s’y aventurent. 

Nous avons décidé de partis à trois à la découverte de ce pays fascinant, aux mille et un visages qui ont façonné et modelé cet Empire du soleil levant.

En préparant ce voyage, nous avons décidé, qu’une fois sur place, de ne pas louer de voiture mais plutôt faire un train-trip. Le mode le plus facile pour visiter les îles de l'archipel japonais.

Pourquoi avons-nous opté pour le train ?

Parce que le réseau ferré japonais, très vaste, couvre presque tout le territoire de l’île d’Hokkaido 

au Nord à celle de Kyushu au Sud. Le Shinkansen, train à grande vitesse japonais parmi les plus 

rapides au monde, permet de relier très rapidement les différentes grandes villes de l’archipel. 


Conseil : Si vous voyagez au Japon avec un visa de tourisme 90 jours, il existe une solution simple pour moins dépenser dans ses trajets en train : le Japan Rail Pass. C'est un forfait, c'est à dire que vous ne payez qu’une fois pour une utilisation en illimité du réseau ferroviaire de la compagnie Japan Railway pendant 7, 14 ou 21 jours consécutifs.

Important : Vous devez acheter votre Japan Rail Pass depuis la France par internet et au moins deux mois avant la date de départ de votre voyage. C’est facile et rapide, voici le lien : Japan Rail Pass


En début mai de l’année 2008, nous voilà tous les trois sur les starting-blocks à l’aéroport pour commencer un périple de 15 jours sur la grande île de Honshū.

Malheureusement, nous n’avions pas plus de temps pour visiter d’autres îles. 


Arrivée le soir à Tōkyō, après un vol direct d’environ 11h… Heureusement, nous avions déjà réservé un hôtel dans le centre-ville. 


Tōkyō : 東京都 qui signifie Capital de l’Est


Tōkyō est la capitale du Japon. C’est un mélange de modernisme, de traditions et de folie. Vous y découvrirez un mixe, de gratte-ciels à perte de vue, le calmes des temples anciens et la frénésie d’une ville qui ne dort jamais. 

Idéal pour commencer un voyage au pays nippon et s’immerger dans le grand bain de la culture japonaise et vous en mettre plein les yeux. 


















Le lendemain matin, nous avons pris le métro en direction du quartier de Shibuya. C’est sans doute le quartier le plus fascinant et le plus bouillonnant de Tōkyō. Quartier branché par excellence, emblème du shopping à la tokyoïte, éminent centre économique, Shibuya est une véritable icône de la capitale japonaise et un incontournable du Japon. C’est aussi le célèbre “Crossing“ passage piéton envahi par la foule, vu sur toutes les photos représentant Tokyo. C’est des magasins de mode par centaine, des enseignes lumineuses et écrans géants qui clignotent sans cesse, une folle ambiance jeune et délurée et de la musique partout dans les rues. Il faut y aller la journée pour s’imbiber de la frénésie de la ville et le soir pour s’imprégner de la vie nocturne enivrante. 

C’est très amusant de traverser sur ce passage piéton. La circulation des véhicules stoppe pendant 

cinquante-cinq secondes : pas le temps de flâner… à cet instant, des centaines de piétons 

traversent tous en même temps dans un joyeux chaos organisé. 



Vous y croiserez aussi des Cosplayers. Ce sont souvent des jeunes femmes qui se déguisent en 

personnage Manga et jouent le rôle de leur personnage préféré. C’est un phénomène apparu 

il y a plus de 30 ans, avec les premiers grands Mangas à succès. 



Après cette première immersion de plusieurs heures, nous avons repris le métro pour la Tōkyō Tower située dans l'arrondissement de Minatotour. 


Tōkyō Tower

C’est leur tour Eiffel nippone… une tour tout en métal, rouge et blanche, qui mesure 7,6 mètres de plus que la nôtre. La dame mesure exactement 332,6 mètres de haut et pèse seulement 4 000 tonnes soit 10 100 tonnes de moins que la nôtre…  Mais la nôtre est plus jolie !  :-)

Elle a été réalisée par l'architecte Tachū Naitō et sa construction débuta en juin 1957 et se terminera en octobre 1958.












De là-haut, il y a une superbe vue de la mégapole et du Mont Fuji. 


Le lendemain nous nous sommes dirigés vers le parc d’Ueno. 


Parc d’Ueno

C’est un grand parc public situé dans le quartier d'Ueno dans le centre de Tōkyō.  Le parc est immense, on y trouve quatre musées, une salle de concert, un zoo, le bassin Shinobazu avec son sanctuaire et le temple Tōshōgū. 


















Ce parc est un lieu apprécié par les Tokyoïtes, les touristes japonais et les étrangers. Un vrai havre de paix dans cette ville gigantesque.  

En fin de journée nous sommes retournés dans le quartier de Shibuya pour profiter de l’ambiance nocturne. 


Demain nous partons pour la journée, vers le nord de Tōkyō, à environ 140 km en direction de Nikkō et pour y aller nous prendrons enfin le Shinkansen. 

C’est un train à grande vitesse et la fierté du Japon. C’est leur TGV mais en mieux, beaucoup mieux…












Shinkansen

Les plus : 

1°) Il y a une sélection de trois classes proposée aux passagers. La Green Class “ Première classe “, la Gran Class “ Business class “ et la Ordinary Class “ Seconde classe “.  

2°) Chaque rangée de sièges pivote à 180 degrés, une invention très pratique qui permet ainsi de voyager dans le sens de la marche afin de profiter du paysage ou d’éviter d’avoir mal au cœur pour les plus sensibles.

3°) Un confort très agréable avec assez d’espace pour détendre ses jambes ou se relaxer sur des sièges très confortables, presque douillets.

4°) Avant chaque départ, les employés nettoient de fond en comble chaque voiture et s’assurent que les sièges soient bien dans le sens de la marche.

5°) Il n’existe pas de wagon-restaurant, mais des boissons et des repas/snacks sont proposés à la vente par un employé qui sillonne les rames à plusieurs reprises avec un chariot comme dans un avion. Et le must, c’est que lorsque l’employé rentre dans le wagon, il salue les passagers en s’inclinant doucement et lorsqu’il sort, idem, il nous salue de la même façon. Même si personne ne le regarde ! 

6°) Le silence est aussi un point important lorsque le train est en marche à pleine vitesse. C’est assez impressionnant, même à plus de 

300 km/h, il n’y a pas de bruit en cabine comme si le train survolait les rails. 

7°) Il n’y a jamais de retard, le retard moyen sur une année se compte en secondes, une véritable prouesse. Le niveau de ponctualité et les fréquences nous laissent rêveur. La SNCF devrait faire des stages au Japon…

8°) Le niveau de propreté dans les wagons et dans les toilettes est irréprochable.

9°) C’est le réseau ferré le plus sûr au monde, en plus de cinquante ans d’exploitation, aucun accident mortel n’a été déploré.

Des sismographes sont installés sur terre, le long des côtes et sur les voies ferroviaires. Avant même qu’un séisme ne se produise, des calculs sont réalisés en fonction de différents paramètres et des signaux d’alerte sont envoyés vers chaque train en circulation. Par ailleurs, des systèmes de capteurs ou de jauges divers et variés sont placés le long des voies afin de se prémunir de tout incident lié à de fortes pluies, de chutes de neige ou de vent.

10°) Des quais dédiés seulement au Shinkansen.  










                      Je ne suis pas bien là, avec mes grandes jambes ?                   “Alors, oui… c’est bon. C’est bien la bonne direction, enfin… je crois…“


Les moins : 

1°) Euh… désolé, je ne vois pas !  :-)


Après 1h de train et 1h de bus, nous voilà arrivés à Nikkō “la Lumière du Soleil“ dans la préfecture de Tochigi. 


Nikkō : 日光 qui signifie Lumière du Soleil


Cette ville rassemble de nombreux édifices religieux témoins de l'implantation profonde du bouddhisme dans le pays et de la permanence historique de la religion autochtone : le shintō. Les plus importants de ces édifices se trouvent dans le quartier Sannai, au Nord du cours moyen de la rivière Daiya. 

















C’est un lieu vraiment magique situé près du lac Chuzenji, entouré de montagnes, de cascades et de rivières. 

À voir

Le sanctuaire Futarasan a été construit à l'initiative du moine bouddhiste Shōdō shōnin en 767.

Le sanctuaire Tōshō-gū, situé dans le quartier Sannai, est un lieu saint du shintō construit au cours de la première moitié du XVIIe siècle.

Le temple bouddhique Rinnō-ji, fondé en 766 par le moine Shōdō shōnin et agrandi par ses successeurs. Il est dédié aux trois incarnations bouddhiques des divinités du shintō représentées dans la région par les trois goshintai que sont les Monts Nantai, Tarō et Nyohō. 

Le Shinkyō “Pont Sacré“ qui fait aussi parti du sanctuaire et enjambe la rivière Daiya. Il s'agit d'un pont en bois laqué qui daterait de l'époque de Muromachi (1336-1573).

Retour sur Tōkyō pour y passer la nuit.


Ce matin nous retournons à la station Shinagawa pour prendre un train en direction de Kamakura à 2h au Sud de Tōkyō. 


Kamakura : 鎌倉市 


La ville Shinagawa est située au bord de l’océan Pacifique. C’est la ville des temples avec 19 sanctuaires shintoïstes et 65 temples bouddhiques. Mais parmi ces nombreux temples, mausolées et monuments historiques, le monument le plus célèbre aujourd'hui est très certainement le grand bouddha Amitabha de Kamakura. Ce daibutsu est une sculpture en bronze, fondue vers 1252, d'une hauteur de l'ordre de 13,35 m. Les mains du Bouddha ont été sculptées, de manière stylisée, dans la posture dite jo-in, de la méditation zen. 


















Après cette superbe journée, nous sommes rentrés à Tōkyō pour notre dernière soirée. 


Bien installé dans notre Shinkansen pour 3h20 de train en direction de Kyōto. 


Kyōto : 京都市 qui signifie Ville Capitale.                                                                     Ville coup de cœur


Ancienne capitale impériale du Japon de 794 à 1868 sous le nom de Heian-kyō “Capitale de la paix et de la tranquillité“, elle est aujourd'hui, avec ses palais impériaux, ses milliers de sanctuaires shintô et ses temples bouddhistes, le cœur culturel et religieux du pays. 

Kyōto est une ville splendide, la fois traditionnelle, spirituelle, gourmande et moderne, la ville n'en finit pas de fasciner ceux qui l'explorent. Visiter Kyoto est l’occasion de découvrir le berceau de l’âme japonaise sous toutes ses facettes. Elle est considérée comme la ville japonaise traditionnelle par excellence. 










Dans l’après-midi après avoir déposé nos bagages à notre hôtel, nous avons commencé par visiter le temple Heian-Jingū. 


Temple Heian-Jingū

Superbe temple traditionnel en rouge et blanc avec des toits verts, il reflète le style et les caractéristiques du palais impérial de Kyōto, c'est-à-dire le style des XIe et XIIe siècles. Son jardin dans le style de l'ère Meiji, est divisé en quatre parties, chacune orientée vers les quatre directions cardinales. Il occupe environ la moitié de la superficie du site.  Le jardin est magnifique, avec ses perspectives tour à tour dévoilées puis cachées, La vue évolue à chaque pas. Avant de finir la visite, nous passons devant le jardin sec. C’est un jardin aux pierres sélectionnées avec soin, et déposées au cœur d’une étendue de sable immaculé et ratissé, qui invite les visiteurs à la méditation.  

















Après une nuit dans les bras de Morphée, nous nous sommes fait réveiller, vers 8h du matin, par un grondement sourd. Les lits oscillaient brusquement sur leur base pendant quelques secondes… 

J’ai ouvert un œil… “Oh, un tremblement de terre !“  

Ce n’est pas mon premier mais cela fait toujours drôle. 


Petit déjeuner et direction la visite du fameux temple Kinkaku-ji “ temple du Pavillon d’or “. 


Temple Kinkaku-ji

Appelé aussi Temple du Pavillon d’Or, ce bâtiment est entièrement recouvert d'or pur, à l'exception du rez-de-chaussée. Il sert de shariden, contenant des reliques de Bouddha. 









En début d’après-midi nous nous sommes dirigés vers le sanctuaire de Fushimi inari-taisha situé dans le district de Fushimi-ku. 


Sanctuaire de Fushimi inari-taisha

C’est le sanctuaire principal de la déesse Kami Inari et il est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillon formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit. Ces toriis sont pour la plupart des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises à Inari. Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii. Le coût d’un torii vaut entre 175 000 et 1 302 000 yens (entre 1 400 et 

10 000 euros).













La kami Inari représente la protectrice des céréales et plus particulièrement du riz. Elle est également historiquement associée à l'abondance et la richesse, devenant la patronne des commerces ; ce qui peut expliquer la présence de ces milliers de toriis données par les particuliers et les entreprises japonaises. On trouve près de dix mille toriis disposés le long du chemin principal.


Le ciel commençait à s’assombrir tout doucement mais cela ne nous a pas empêché, après cette visite, de partir en direction du château de Nijō. Ce n’est pas quelques gouttes qui allaient nous gâcher la journée. 


Château de Nijō

Construire en 1603, il se constitue de deux cercles concentriques de fortifications, des palais Ninomaru et Honmaru, de divers bâtiments de soutien et de plusieurs jardins. Il couvre une surface totale de 275 000 m2 dont environ 8 000 m2 de constructions. 

















Le château de Nijō est constitué de deux anneaux de fortifications imbriqués. Ils sont tous deux constitués d'une muraille entourée d'une large douve. Les pavillons du Ninomaru sont également entourés d'un mur simple et relativement bas. La muraille extérieure est percée de trois portes (nord, est et ouest) tandis que la fortification intérieure n'en a que deux (est et ouest). On trouve dans le coin sud-ouest les fondations d'une pagode à cinq étages qui a été détruite par un incendie en 1750. Les murs intérieurs protègent le palais Honmaru et son jardin. Entre les deux fortifications se trouvent le palais Ninomaru, les cuisines, la salle des gardes et plusieurs jardins. 

Belle visite mais la pluie tombait maintenant en abondance. Avec cette journée bien remplie, nous sommes rentrés à l’hôtel pour se sécher et finir la soirée en trouvant un petit restaurant pas trop loin.  

 

Le lendemain matin il faisait beau… Nous décidons d’aller à Nara, ancienne capitale du Japon entre 710 et 784, pour aller visiter le temple Tōdai-ji. Nara se trouve à une quarantaine de minutes en train de Kyōto. 


Nara : 奈良市


La ville abrite des œuvres d'art et des temples importants qui remontent au VIIIe siècle, lorsqu'elle était la capitale du Japon. Des cerfs flânent dans le parc de Nara, où se trouve le temple Tōdai-ji. Le Daibutsu, le Bouddha en bronze de 15 m de haut du Tōdai-ji, est exposé dans une grande salle en bois. À l'est du parc se situe le sanctuaire shinto Kasuga Taisha, qui remonte à 768 apr. J.-C. et comprend plus de 3 000 lanternes.


Temple Tōdai-ji

C’est un temple bouddhique, dans l’enceinte se trouve la plus grande construction en bois au monde1, le Daibutsu-den, salle du Grand Bouddha, qui abrite une statue colossale en bronze du bouddha Vairocana appelée Daibutsu, c'est-à-dire “ Grand Bouddha “. Du haut de ses 18 mètres et de ses 250 tonnes, il domine les voyageurs venus lui rendre hommage depuis près de 13 siècles. Le bâtiment, d’une largeur de huit travées de piliers (soit 57 mètres), est un tiers plus petit que le temple originel qui en comprenait douze. 

















Le temple, construit au VIIIe siècle, est détruit et reconstruit presque intégralement deux fois au cours de son histoire, au XIIe et au XVIe siècle. De nos jours, le Tōdai-ji est toujours actif et sa communauté de moines tient les rites et cérémonies annuels ou quotidiens nécessaires, dont le plus important reste la cérémonie de l’eau et du feu nommée Shuni-e. 


Nous avons prolongé la balade dans le parc et nous sommes allés jusqu’au sanctuaire Kasuga Taisha, surnommé le sanctuaire aux 3 000 lanternes. 


Sanctuaire Kasuga Taisha

C’est l’un des plus célèbres sanctuaires shintô du pays. Nous avons beaucoup apprécié la balade ombragée, le calme retrouvé après la visite du Tōdai-ji et l’aura mystérieuse de toutes ces lanternes recouvertes de mousse, particulièrement avec les lumières dorées de fin de journée.

















Avant de quitter Nara, il ne fallait pas manquer le Parc aux daims. C’est un vaste espace vert public de plus de 500 hectares, démarrant au pied de Wakakusa-yama jusqu'au cœur la ville. Datant de 1880, le Parc aux daims accueille près de 1 400 cerfs shika qui évoluent en toute liberté autour des temples, des avenues et des touristes venus visiter les trésors de l'ancienne capitale impériale.













Les shika, qui semblent proches de nos daims, ne se montrent pour le moins pas farouches ! Ils n'hésitent pas, ainsi, à se laisser prendre en photo, tant le flot de visiteurs qu'ils voient passer chaque année les laisse de marbre. Ce qui les intéresse plutôt, c'est de savoir si vous ne cachez pas un peu de nourriture dans vos poches. 


Retour à Kyōto pour notre dernière nuit.


Assis confortablement pendant 2h, dans le Shinkansen, nous nous dirigeons vers Hiroshima. 


Hiroshima : 広島市 qui signifie Large Île


Située sur la côte nord de la mer intérieure de Seto, cette ville est malheureusement mondialement connue pour avoir été l'une des deux cibles, avec Nagasaki, des bombardements atomiques, le 6 août 1945 à 8h16, par les États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale.


Notre première visite a été le Dôme de Genbaku. 


Dôme de Genbaku

Devenu le mémorial de la paix d'Hiroshima, il avait été construit au début du XXe en briques et en ciment. C'est l'utilisation de ces matériaux qui lui ont permis de résister en partie à l'explosion de la bombe atomique en 1945.











Puis nous nous sommes recueillis au parc du mémorial de la Paix d'Hiroshima situé juste en face du dôme. C’est vraiment un lieu rempli d'émotion, il a été ouvert en 1954 en hommage à la mémoire des victimes de l'explosion. 











                                     La cloche de la Paix                                                                                                             La flamme de la Paix





 







                                                                                   Arbustes taillés représentant les victimes de la bombe


                         Le Cénotaphe                                                                                                                                           Monument de la Paix dédié aux enfants


Musée du mémorial de la Paix de Hiroshima

Consacré à la période atomique, ce musée expose l'état de la ville avant et après l'explosion. Il exhorte à la paix dans le monde et à l'abolition des armes nucléaires. Ce musée est dédié aux victimes du bombardement atomique de 1945. L'aile Est retrace l'histoire de la ville avant l'attaque et les dommages causés par la bombe. L'aile Ouest se concentre quant à elle sur les victimes : photos, vêtements, montres, cheveux et autres pièces y sont exposés. 

Vraiment très impressionnant, émouvant et dérangeant, mais une visite tellement incontournable si on vient à Hiroshima. Vous réalisez avec effroi l’atrocité que les survivants ont subi après l’explosion.   

Hiroshima fut martyr puis miraculée, elle a connu le pire et le meilleur de l'Homme. 

Après sa reconstruction, elle est devenue le symbole mondial de la paix. J’ai été vraiment bouleversé en sortant de ce musée. 


Le lendemain, nous avons pris le ferry pour aller sur l’île de Miya-jima, qui se trouve face à Hiroshima. 


Île de Miya-jima : 厳島 Appelée aussi Itsuku-shima 


L'île d'Itsuku-shima est considérée, dans la religion shintoïste, comme une île sacrée. Il n'y a ainsi ni maternité ni cimetière sur l'île, car son statut interdit que l'on y naisse ou que l'on y meure. De la même façon, il est interdit d'y abattre des arbres. L'île est donc couverte d'une forêt relativement luxuriante.


Le portail du Sanctuaire d'Itsukushima

Icône du Japon, rouge/orange de la tête aux pieds, cet immense torii se laisse fièrement lécher, par les vagues, ses inébranlables piliers depuis 840 ans.

















On peut découvrir de nombreux lieux saints sur l'île, tels que :


Le sanctuaire d'Itsukushima, avec son célèbre torii. Il est l'une des trois vues les plus célèbres du Japon. Construit en 593, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996.

Le temple de Senjokaku, qui comprend un tō, une pagode à cinq étages construite en 1407.

Le Daigan-ji, dédié au dieu de la musique et qui date de 1201.

Et cerise sur le gâteau, une superbe vue sur la baie vous attend tout en haut du Mont Misen. Une belle récompense ! 

Il existe deux façons pour monter au sommet, la randonnée ou le téléphérique (payant). 

Vous avez le choix de randonnées sur trois parcours ; 

Le Momiji, le plus simple,  il se parcourt en 1h30 à 2h et fait 2,5 km. Il a aussi le très gros avantage d’être celui qui mène au téléférique. 

Le Daisho-in, de difficulté moyenne… malgré ses 2000 marches ! C’est le plus lumineux des trois et son sentier est encadré par des statuettes de bouddha, donnant un certain cachet à la balade. Il faut à peu près le même temps que pour le premier chemin afin d’arriver au sommet, et il s’étend sur 3 km.

Le Omoto, réputé être le plus difficile et le plus long des trois parcours… Il fait 3,5 km et il faut compter 2h à 2h30 de randonnée. Vu que c’est le chemin le plus accidenté, il est conseillé de prendre de bonnes chaussures.


Pour ceux qui préfèrent éviter une longue marche, le téléférique est une bonne option.

Il y a un bus gratuit, pour commencer, qui relie toutes les 20 minutes le centre de Miyajima à la station de téléférique Momijidani.

Ensuite, la montée se fait en deux étapes :

De Momijidani à la station intermédiaire Kayatani : 10 minutes de trajet, cabine 4 à 6 personnes, toutes les minutes.

De Kayatani à la station terminus Shishiiwa : 5 minutes de trajet, plus grande cabine, fréquence tous les quarts d’heure.

Enfin, depuis Shishiiwa, il faut compter une demi-heure de marche pour atteindre le sommet du Mont Misen d’une altitude de 535 mètres.











Au mont Misen est rattachée la légende des Sept Merveilles du Mont Misen qui résultent de l'entraînement du maître Kobo Daishi qui vivait sur cette montagne :


*   Le Feu Éternel : un feu que le maître a allumé et qui n'a cessé de brûler durant mille ans ;

*   Le prunier du Bâton de Prière : quand le maître a laissé son bâton de prière, des racines sont apparues et un arbre a grandi ;

*   Le rocher de la Marée : l'eau salée à l'intérieur du trou d'un rocher monte et redescend selon la marée ;

*   Le rocher Mandala : des écritures gravées sur un rocher grâce au talent calligraphique du maître ;

*   Le son des Battants de bois : un bruit non localisable qui viendrait des battants d'un lutin qui vit au Mont Misen ;

*   Le cerisier de la Rosée : même les jours ensoleillés, on peut y voir la rosée comme s'il avait plu ;

*   Le cèdre du Feu du Dragon : un arbre au sommet du Mont qui observe les mystérieuses boules de feu (appelées « le Feu du Dragon ») 

    qui apparaissent sur la mer entourant Miyajima.





Vous croiserez sur votre chemin, des daims et de beaux singes à tête rouge. 

Faites attention à vos sacs et gardez vos distances avec ces singes car ils peuvent devenir 

agressifs. 


 



Après cette belle découverte, nous sommes rentrés à Hiroshima pour notre dernière soirée. 

La prochaine étape devait être Nagasaki mais impossible de trouver la moindre chambre hôtel libre. Nous avons téléphoné à, au moins, une vingtaine d’hôtels mais sans succès, tout était complet. 

On ne voulait pas débarquer sans être sûr d’avoir un toit sur la tête, donc nous avons décidé de retourner à Tōkyo pour finir notre voyage et prendre l’avion pour la France. 






Conclusion : C’est un pays éclectique, mélange de modernité et traditionalisme. Une expérience unique et une source d’émerveillement à chaque instant. Vous y trouverez des paysages somptueux et divers, des temples et palais superbes et pleins de charmes, une gastronomie qui s'apparente à un véritable art de vivre et une population adorable qui fera tout pour vous être agréable.   

Il y a Japonais et Japonais ; Lorsque vous croisez des touristes Japonais en France, ils sont souvent fuyants et anxieux par le décalage entre ce qu’ils imaginaient et ce qu’ils ressentent lorsqu’ils sont dans notre pays et surtout à Paris… Gens peu accueillants, rues sales, transports bondés... ce décalage leur crée un choc. 

Mais lorsque vous êtes au Japon, les Japonais sont complètement différents. Ils sont souriants, aimables, toujours à vouloir rendre service et curieux de l’autre. Le sens du détail, la discrétion et la ponctualité sont trois qualités qui régentent les Japonais. La propreté constitue également une qualité indéniable des nippons. Les services sont irréprochables, que ce soit, dans les magasins, où les employés viendront vous accueillir avec un réel plaisir, ou bien dans les restaurants, où s’ils ne parlent pas anglais, trouveront une solution pour vous placer à une table proche d’un client pouvant vous aider à traduire la carte. Nous avons été vraiment enchantés de visiter ce beau pays.

Je vous invite vraiment à découvrir cette culture singulière et à venir explorer ce pays du soleil levant.  
















Patchwork en photos de notre voyage



Carte de notre périple



















        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————












Tōkyō  -  Nikkō  -  Kamakura  -  Kyōto  -  Nara  -  Hiroshima  -  Miyajima

C’est sans doute le quartier le plus fascinant et le plus bouillonnant de Tōkyō. Quartier branché par excellence, emblème du shopping à la tokyoïte, éminent centre économique, Shibuya est une véritable icône de la capitale japonaise et un incontournable du Japon.
C’est leur tour Eiffel nippone… une tour tout en métal, rouge et blanche, qui mesure 7,6 mètres de plus que la nôtre.
C’est leur tour Eiffel nippone… une tour tout en métal, rouge et blanche, qui mesure 7,6 mètres de plus que la nôtre.
C’est un train à grande vitesse et la fierté du Japon. C’est leur TGV mais en mieux, beaucoup mieux…
C’est un train à grande vitesse et la fierté du Japon. C’est leur TGV mais en mieux, beaucoup mieux…
Ancienne capitale impériale du Japon de 794 à 1868 sous le nom de Heian-kyō “Capitale de la paix et de la tranquillité“, elle est aujourd'hui, avec ses palais impériaux, ses milliers de sanctuaires shintô et ses temples bouddhistes, le cœur culturel et religieux du pays.
Ancienne capitale impériale du Japon de 794 à 1868 sous le nom de Heian-kyō “Capitale de la paix et de la tranquillité“, elle est aujourd'hui, avec ses palais impériaux, ses milliers de sanctuaires shintô et ses temples bouddhistes, le cœur culturel et religieux du pays.
C’est le sanctuaire principal de la déesse Kami Inari et il est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillon formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit.
C’est le sanctuaire principal de la déesse Kami Inari et il est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillon formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit.
C’est le sanctuaire principal de la déesse Kami Inari et il est surtout connu pour ses milliers de toriis vermillon formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit.
C’est un vaste espace vert public de plus de 500 hectares, démarrant au pied de Wakakusa-yama jusqu'au cœur la ville. Datant de 1880, le Parc aux daims accueille près de 1 400 cerfs shika qui évoluent en toute liberté autour des temples, des avenues et des touristes venus visiter les trésors de l'ancienne capitale impériale.
C’est un vaste espace vert public de plus de 500 hectares, démarrant au pied de Wakakusa-yama jusqu'au cœur la ville. Datant de 1880, le Parc aux daims accueille près de 1 400 cerfs shika qui évoluent en toute liberté autour des temples, des avenues et des touristes venus visiter les trésors de l'ancienne capitale impériale.
Devenu le mémorial de la paix d'Hiroshima, il avait été construit au début du XXe en briques et en ciment. C'est l'utilisation de ces matériaux qui lui ont permis de résister en partie à l'explosion de la bombe atomique en 1945.
Devenu le mémorial de la paix d'Hiroshima, il avait été construit au début du XXe en briques et en ciment. C'est l'utilisation de ces matériaux qui lui ont permis de résister en partie à l'explosion de la bombe atomique en 1945.
Vous croiserez sur votre chemin, des daims et de beaux singes à tête rouge.  Faites attention à vos sacs et gardez vos distances avec ces singes car ils peuvent devenir  agressifs.


© Textes et photographies : Stéphane Campagne/All rights reserved. 

Le contenu de ce site est protégé par le droit d’auteur, toute reproduction totale ou partielle est interdite







A PROPOS  -  CONTACT      

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.