Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Yangon  -  Bagan  -  Mont Popa  -  Village Min-Nan-Thu  -  Amarapura  -  Mandalay  

 Mingun  -  Pindaya  -  Lac Inle  -  Mwe Taw Kakku  -  Nyaung Shwe

BIRMANIE   -   MYANMAR   


















D’ocre et de lumière… 


Le Myanmar est un pays fascinant où se mélangent une culture millénaire, des paysages magnifiques, des rencontres inattendues, des traditions ancestrales et une histoire légendaire qui vous transportera hors du temps. 

Vous serez charmé autant par la splendeur de leurs pagodes dorées et de leurs milliers de stûpas finement sculptés, que par la gentillesse de ses habitants qui se mettront en quatre pour vous faire découvrir leur beau pays. 

La Birmanie est sans doute le pays asiatique le plus mystérieux, qui fascine et émerveille les voyageurs par la féérie de ses décors. 

Un vrai coup de cœur pour moi. 

 

Je connaissais la Birmanie, comme tout le monde, un pays asiatique dirigé par un régime autoritaire. 

Lorsqu’en 2011, le pays a commencé à s’ouvrir au tourisme, je me suis renseigné en contactant une 

agence locale pour savoir s’il était possible de visiter leur beau pays sans difficulté et sans danger. 

Après avoir fait une demande de visa sur internet via un spécialiste dans l’obtention de visa 

comme Rapidevisa. Et en février 2012, nous sommes partis à deux, pour 12 jours, découvrir la Birmanie. 

Nous avions opté pour un voyage avec guide et chauffeur et saut de puce en avion de ville en ville pour ne pas perdre de temps. Les routes n’étant pas en très bonnes états à cette époque. 

Nous sommes arrivés à Yangon, notre guide et notre chauffeur nous attendaient à l’aéroport. 


Yangon :                     qui signifie “fin de la discorde“


Située dans le Sud, c’est la capital économique et plus grande ville de la Birmanie. Rangoun ou Yangon fut la capitale de la Birmanie britannique, puis devint indépendante à partir de 1853. En novembre 2005, la junte militaire au pouvoir a commencé à déplacer sa capitale à l'intérieur du pays, à Naypyidaw dans la région de Mandalay. Naypyidaw est officiellement la nouvelle capitale depuis le 26 mars 2007. 














 



C’est la ville ayant le plus grand nombre d'édifices coloniaux de toute l'Asie du Sud-Est. Les bureaux du gouvernement sont situés dans des immeubles coloniaux comme la Cour suprême, la mairie, le marché Bogyoke, etc. 


La Pagode de Shwedagon

Située en haut de la colline de Singuttara, c’est un haut lieu de pèlerinage pour les bouddhistes qui se classe parmi les merveilles de l’Asie. En forme de cloche, son stûpa principal est recouvert de 8 688 plaques d’or. Son sommet est décoré de pierres précieuses avec des diamants, des rubis, des saphirs, des topazes, ainsi qu’une énorme émeraude au centre qui reflète les premiers et les derniers rayons de soleil de la journée.  

Sa base octogonale est encadrée par 64 petites pagodes et d’une plateforme dallée de marbre que les moines balaient chaque matin. Selon la légende, le stûpa renfermerait 8 cheveux de Siddhartha Gautama ainsi que les reliques de 3 des bouddhas antérieurs.

















La Paya Chaukhtatgyi

Ce temple est l’un des plus connus de Birmanie. Il abrite un Bouddha couché long de 66m. Il est exposé dans une sorte de hangar en métal pas très beau mais sa grandeur est impressionnante.










Le lendemain matin très tôt, nous avons pris l’avion pour aller à Bagan sur la compagnie ABZ. 


Bagan :                                                                                                                                     Site coup de cœur


C’est un vaste site archéologique bouddhique de près de 50 kilomètres carrés situé dans la Région de Mandalay, dans la plaine centrale, sur la rive gauche de l’Irrawaddy. Il est recensé sur le site, 2 834 monuments, dont de nombreux sont en ruines. Étant donné le grand nombre de temples concentrés dans la plaine de Bagan, ce site qui impressionne par sa richesse et son ampleur, est souvent comparé à Angkor au Cambodge. Du IXe siècle au XIIIe siècle, Bagan a été la capitale du royaume de Pagan, le premier empire birman. 

Les monuments sont construits en brique. Ils étaient entièrement recouverts d’un enduit blanc, stuc, qui a souvent disparu ; les encadrements de portes et de fenêtres connaissant un traitement particulièrement raffiné avec des jambages parfois ornés de larges volutes enrichis d’animaux, de fleurs et un tympan polylobé inséré dans la représentation d’une tour. 

















Deux grands types de monuments se retrouvent ici : 

1°) Le stūpa, monument plein, de plan circulaire mais pouvant avoir une base de plan carré, voire pentagonal, et dont la vénération se traduit par en faire le tour. Le plan pentagonal est une création des architectes de Bagan, et fait référence aux quatre derniers Bouddhas du passé ainsi qu’à celui du futur Bouddha, Maitreya (Metteya). 

2°) Le temple, monument construit, dont les dimensions peuvent varier et dont le plan connait plusieurs formes ; Tout en longueur ou en forme de croix. 


Notre premier temple visité a été la pagode Shwezigon situé à Nyaung U, près de Bagan. 


La pagode Shwezigon

Cette impressionnante pagode aurait été construite à partir de 1059 par le roi Anawrahta pour abriter un os de la mâchoire et une dent du Bouddha qu'il avait obtenus à l'issue de sa campagne contre le Royaume de Dali, dans l'actuel Yunnan. Il fut achevé sous le règne de son fils Kyanzittha, en 1102. 

Inspiré du Lawkananda, il servit de modèle à beaucoup d'autres stûpas de style birman. Il est en forme de cloche, recouvert de dorures, et repose sur trois terrasses de briques décorées de plaques de terre cuite décorées de scènes des jâtaka (vies antérieures du Bouddha).

















Le temple d’Htilominlo

Ce superbe Temple d'Htilominlo est chronologiquement le dernier des "grands temples" bouddhiques de Bagan. Il a été édifié entre 1211 et 1218 par le roi Htilominlo (ou Nantaungmya) pour commémorer le fait qu'un parasol, symbole de pouvoir, se serait incliné devant lui au cours de son intronisation.

Construit sur le modèle du Sulamani, il est haut de 46 m, avec deux étages de briques couverts de stucs élaborés. Au premier étage, quatre bouddhas s'adossent au pilier central, faisant face aux quatre points cardinaux. 

















Je suis tombé sous le charme de ce magnifique temple, tout en briques rouges, avec les belles fioritures de sa façade. L’intérieur n’est pas en reste, et le rez-de-chaussée dissimule de superbes peintures murales et de majestueuses statues de Bouddha. 


Le temple d’Ananda

Ce temple est l’un des plus beaux de la région de Bagan. Édifié par le roi Kyanzittha en 1091, il était originellement dédié à la "sagesse infinie" du bouddha (ananta pinya). Cependant ce terme a été confondu avec le nom d'Ananda, cousin du Bouddha.


Selon la légende, Kyanzittha aurait été inspiré par la description que des moines venus d'Inde lui auraient faite de leur temple, ce qui expliquerait les caractères architecturaux indiens de l'Ananda. Il est de plan carré, avec quatre portails en projection, et un pilier central creusé de quatre niches abritant quatre bouddhas debout, face aux quatre points cardinaux. Éclairés par des ouvertures en hauteur, hauts de 10 m, ils sont visibles dans l'enfilade des vestibules. Ce sont des copies de modèles indiens (deux sont originaux, les deux autres remontent au XVIIIe ou au XIXe siècle). Le temple abrite aussi des statues de Kyanzittha et de Shin Arahan (conseiller religieux de la dynastie depuis Anawrahta), également de style indien. 

















Le toit est formé de six terrasses successives (pyatthat), dominées par une tour-sanctuaire de type indien (shikhara). Un stûpa très effilé, couvert d'or et d'une ombrelle, culmine à 55 m.


La pagode de Dhammayanzika

C’est un grand stûpa de briques situé dans le village de Pwasaw, à l'Est de Bagan. Il fut construit en 1196 sous le règne du roi Narapatisithu, et dédié au Bouddha comme roi de la Justice et du Devoir.

Bien que le corps du stûpa lui-même soit comparable à celui de la pagode Shwezigon, sa base possède des caractères originaux : Elle repose sur trois terrasses pentagonales, décorées de panneaux de terre cuite illustrant les Jâtaka, auxquelles sont accolés cinq petits temples surmontés de sikharas, tours-sanctuaires. Le tout se trouve sur une terrasse à redents de symétrie pentagonale, et l'ensemble est inclus dans une enceinte à 15 côtés, percée d'une porte en face de chacun des temples. 

















Sur la route, nous croisons des centaines de temples plus ou moins grands que nous n’avons malheureusement pas le temps de visiter. 

















Les deux jours passés à Bagan ont été vraiment extraordinaires. Nous avions l’impression d’être des explorateurs à la recherche de trésors perdus.  

Le lendemain, nous sommes partis en voiture jusqu’au Mont Popa. 


Mont Popa :

 

Le site se trouve à une cinquantaine de kilomètres au Sud-Est de Bagan. Appelé aussi Taung Kalat, il est considéré comme le refuge des 37 Grands Nats (esprits) de Birmanie. De nombreux pèlerins s'y rendent pour les vénérer, particulièrement au moment de la pleine lune de Nayon en mai-juin et de celle de Nadaw en novembre-décembre.

Avant la “bouddhisation“ des nats par le roi Anawrahta en 1077, des milliers d'animaux leur étaient sacrifiés durant les cérémonies. Aujourd'hui, les superstitions birmanes proscrivent de porter du noir ou du rouge sur le mont Popa, comme de jurer et d'y apporter de la viande, particulièrement du porc, sous peine d'offenser les nats. 

















Allez les courageux ! Il est temps de grimper les 777 marches, pieds nus, menant tout en haute du rocher pour découvrir le temple Taung Kalat. Ici, pas d’ascenseur, seules vos jambes vous emporteront jusqu’au sommet. L’ascension se fait facilement, il faut prendre son temps. La découverte est ponctuée de nombreux lieux pour s’arrêter, prier, ou avoir des réflexions spirituelles. Tout le long du trajet, des singes à tête rouge vous accueilleront et vous motiveront. Vos efforts seront récompensés : ce temple vous offrira une vue splendide sur la plaine de Myingyan.













Après cette belle découverte, nous sommes allés au restaurant à l’hôtel Popa Mountain Resort

Il qui se trouve à 1h de route du site. Nous avons mangé sur la terrasse du restaurant face au 

Mont Popa. 

La vue est magnifique et on y mange très bien.




Tranquillement, nous sommes retournés à Bagan pour y passer la nuit mais sur la route nous nous sommes arrêtés au petit village Min-Nan-Thu. 


Village Min-Nan-Thu :  


C’est une habitante qui nous accueille avec un grand sourire et nous invite à pénétrer dans l’enceinte du village. Cette charmante dame nous emmène visiter quelques maisons construites sur pilotis avec une hauteur entre le sol et le plancher d’environ un mètre. Les maisons sont faites en bambou, parfois tressé pour donner plus de résistance aux murs. Nous pouvions voir le travail des métiers à tisser ainsi que les moulins à pression pour extraire l’huile de cacahuète. C’était très intéressant de découvrir comment les habitants vivent et travaillent au quotidien dans ces campagnes. 

















Après le petit déjeuner à l'hôtel, transfert à Nyaun U aéroport et envol pour Mandalay. À notre arrivée, nous avons pris la route pour l'ancienne capitale de Amarapura, la ville de l’Immortalité. 


Amarapura


La ville des Immortels est une ancienne capitale de la Birmanie, dans la Région de Mandalay. Elle se trouve sur la rive gauche de l'Irrawaddy, à 25 km d'Ava et 11 km au Sud de Mandalay. Elle est souvent appelée Taungmyo “Ville du Sud“ par rapport à Mandalay, dont elle est aujourd'hui presque une banlieue.

Bâtie en 1783, Amarapura fut la capitale du troisième empire birman jusqu'en 1823, puis de 1841 à 1860. 


Pont d’U Bein

Monument le plus célèbre d'Amarapura, ce pont a été construit par le maire U Bein avec des colonnes de teck abandonnées lors du transfert de la capitale à Mandalay. Il traverse le lac Taungthaman sur 1,2 km pour aboutir près du Kyautawgyi Paya, ce qui en fait le plus long pont de teck du monde avec ses 1 060 piliers.

















Après cette visite, nous sommes allés à Mandalay pour une visite de 2 jours. 


Mandalay


Située sur les bords du fleuve Irrawaddy, Mandalay est la deuxième plus grande ville de la Birmanie. Elle fut sa dernière capitale royale, entre 1860 et 1885, sous la dynastie Konbaung. On la surnommait alors la “cité des joyaux“, pour son jade réputé. Elle est aujourd'hui la capitale administrative de la région de Mandalay. 


La pagode du Bouddha Mahanumi

Cette statue du Bouddha aurait été rapportée par les armées du roi Bodawpaya du royaume d'Arakan comme prise de guerre en 1784, et d'abord abritée à Amarapura, avant de suivre le déplacement de la capitale en 1860.

Mesurant 4 mètres de haut, elle est constituée de 6,5 tonnes de bronze. Des feuilles d'or sont régulièrement ajoutées sur son corps, qui est lavé chaque matin par les moines. Du coup, la statue de Bouddha ne cesse de grossir de quelques microns chaque jour. 

















C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour-là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.









En ressortant de ce sanctuaire, nous sommes allés au marché de rue de Mandalay faire un petit tour. Lieu idéal pour observer l’agitation de la ville.



 













Le Monastère de Shwe Inn Bin

Situé à Mandalay, le monastère a été fondé en 1895 par des marchands chinois. Construit sur pilotis, il repose sur une imposante forêt de colonnes en rondins de teck. Sa toiture et sa devanture sont finement décorés de superbes sculptures en teck. Le hall principal a un toit de pagode à trois niveaux, le pavillon attenant est couronné d'une pagode à cinq niveaux avec un Hti.

Un escalier en pierre avec des symboles de dragon et de serpent mène à un porche environnant. À l'intérieur, se trouve des sculptures en teck et un autel de Bouddha doré.

De toute beauté, c’est un véritable lieu tranquille qui prête à la méditation.

















Le Palais Royal de Mandalay

Véritable cité interdite, l'ancien palais royal de Mandalay, devenu le Fort Dufferin, est spectaculaire par ses dimensions : Les impressionnantes murailles de 9 mètres de haut et douves (encadrant un canal de 3 mètres de profondeur et 75 mètres de large) forment un carré de 2 km² protégeant l'ancien palais en teck, malheureusement partie en fumée en 1945 lors d'un bombardement britannique, alors que l'endroit était devenu le quartier général de l'occupant japonais. Un site superbe qui ne se visite hélas pas, étant devenu une zone militaire. 













En juin 1857, le palais royal d'Amarapura, ancienne capitale du royaume birman située près de l'actuel pont U Bein, fut démonté et transporté à dos d'éléphants au pied de Mandalay Hill. Le palais fut achevé deux ans plus tard en 1859. Une partie fut déplacée hors de l'enceinte pour devenir le monastère de Shwe Nan Daw, qui échappa ainsi miraculeusement à la destruction en 1945.

















Le Monastère de Shwe Nan Daw

Le monastère Shwe Nan Daw est une structure en teck sculpté et ciselé à la perfection selon les principes de l’architecture birmane du XIXe siècle. C’est un large Shen-yang avec quatre niveaux de toitures séparés. Les décorations et ornements, les sculptures raffinées des parapets et des portes donnent une indication de la richesse du palais royal disparu.

Le bâtiment est entouré d’une plateforme en teck avec des sculptures élaborées et des piliers de marbre. Des nâgas et d'autres animaux mythiques, ainsi que des danseurs, des fleurs et des pampres sont sculptés sur les panneaux à l'intérieur et à l'extérieur.

















La Pagode Kuthodaw :

C’est un ensemble de stûpas bouddhistes construit à partir de 1857 par le roi Mindon Min au pied de Mandalay Hill. Cette pagode abrite le plus grand livre du monde par la taille. Il est gravé sur 729 stèles de marbre protégées chacune dans une kyauksa gu, ou grotte à inscription, sous un petit stûpa chaulé. Au centre se trouve un stûpa doré, haut de 57 m, construit sur le modèle de la pagode Shwezigon de Nyanung U, près de Bagan.














 


Après deux jours magiques de visite de cette belle ville, nous sommes partis au matin du troisième en direction du “port“ de Mayan Gyan de Mandalay pour une petite croisière vers la ville de Mingun à 11 km en amont de la rivière Ayeyarwady sur la rive Ouest de Mandalay.

Notre petite coque de noix qui nous servait de bateau nous attendait sagement au bord de la rive entre des centaines de bateaux dans des états de délabrement impressionnants. Ici, vivent des familles dans la plus grande pauvreté. Cela ressemble à un bidonville flottant où la population fait leur toilette, leur vaisselle, leur lessive et leurs besoins, dans une eau verdâtre, au milieu de centaines de bateaux amarrés les uns aux autres. Nous voilà partis pour 1h de navigation en direction du grand stûpa inachevé de Mingun Pathodawgyi. 

Tranquillement nous descendions d'une allure paisible la rivière où nous pouvions découvrir l’animation quotidienne de ses habitants. 

















Mingun


Le stûpa royal de Mingun Pathodawgyi :  

Les ruines sont les restes d'un projet de construction massif commencé par le roi Bodawpaya en 1790 qui a été intentionnellement laissé inachevé. Bodawpaya a utilisé des milliers de prisonniers de guerre de ses campagnes expansionnistes et des esclaves travaillant à la construction du stupa. L’édification de ce monumental stûpa a également été considéré comme ayant un trop lourd tribut sur la population et l'État. Une prophétie aurait été créée pour arrêter le projet. L'approche pour transmettre le mécontentement consistait prétendument à utiliser la profonde superstition du roi. La prophétie annonçait que "dès que la construction de la pagode serait terminée, le pays disparaitrait”. Ainsi, la construction a été ralentie pour empêcher la réalisation de la prophétie et lorsque le roi est mort, le projet a été complètement arrêté. 
















Une fois terminée, elle aurait dû atteindre une hauteur de 150 mètres. Cependant, elle détient le record d'être le plus grand tas de briques au monde (plus de 100 millions de briques). 

Au moment où le projet de construction a été abandonné, la pagode avait atteint une hauteur de 50 mètres, un tiers de la hauteur prévue. Un tremblement de terre le 23 mars 1839 fit apparaître d'énormes fissures sur la face de la structure restante. Le temple est plus une attraction qu’un site religieux. Cependant, un petit sanctuaire avec une image de Bouddha a pour d’être un lieu de culte et de méditation.


Le roi Bodawpaya a également fait couler, entre 1808 et 1810, une cloche gigantesque pour accompagner son énorme stupa. La cloche de Mingun, pesant 90 tonnes, est aujourd'hui la deuxième plus grande cloche qui sonne au monde.














Nous prenons un taxi local pour aller jusqu’à la pagode blanche de Myatheindan. 

Pas très rapide et assez tapecul mais tellement Fun…




La Pagode blanche de Myatheindan

La pagode a été construite en 1816 par le roi Bagyidaw. Elle est dédiée à la mémoire de sa première épouse et cousine, la princesse Hsinbyume. Recouverte de peinture blanche, la pagode est calquée sur des descriptions de la mythique pagode Sulamani sur le Mont Meru, et les parties inférieures de la pagode représentent la montagne. Sept terrasses concentriques représentent les sept chaînes de montagnes qui remontent au Mont Meru selon la mythologie bouddhiste. 
















 

Retour en fin d’après-midi sur notre petit bateau vers Madalay pour y passer notre dernière nuit. 


Après le petit déjeuner, départ de l'hôtel pour un vol vers Heho sur le plateau de Shan. À l'arrivée, nous sommes partis par la route pour Pindaya à 60 km, environ 90 minutes en voiture. 


Pindaya


Nichée à 1 500 m d’altitude dans la région de Shan, Pindaya est surtout connue pour les cavernes surplombant un lac et qui contiennent plus de neuf mille offrandes représentant Bouddha offertes depuis le XVIIe siècle. Un sanctuaire créé pour honorer la légende d’un prince héroïque qui secouru sept princesses tombées dans le piège d’une monstrueuse araignée. Le nom Pindaya vient d’ailleurs de la déformation de “Pinku Ya Pyi“, qui signifie “j’ai tué l’araignée“. 

La grotte est accessible aujourd’hui en ascenseur par une structure métallique assez moche, dommage…

 
















Nous avons repris la voiture pour nous diriger vers la ville de Nyaung Shwe au bord du lac Inle.


Lac Inle :                                                                                                                                 Site coup de cœur


C’est un lac d'eau douce situé dans les montagnes de l'État de Shan. C'est une destination touristique majeure du pays, dont c'est le second plus grand lac, avec une surface estimée de 12 000 hectares, et un des plus hauts, à 884 m. Sa profondeur moyenne n'est que de 2,10 m à la saison sèche (profondeur maximale : 3,60 m) mais elle peut dépasser 4 m à la saison des pluies. 

Toute la région du lac se trouve dans la municipalité de Nyaung Shwe. Une population de 70 000 habitants vit dans quatre villes au bord du lac. Ils sont répartis dans de nombreux petits villages sur ses berges et sur le lac lui-même, dans des maisons de bois et de bambou tressé sur pilotis. Ils sont surtout pêcheurs et fermiers.



Une fois arrivé, nous sommes montés sur une pirogue à moteur. Nous voilà

partis à toute vitesse sur un canal, longeant les premières habitations sur pilotis,

pour rejoindre notre hôtel sur la rive Est du lac afin de déposer nos bagages. 




Les transports sur le lac se font par bateau, soit pirogues traditionnelles, soit à moteur. Les pêcheurs Intha rament d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille. Ceci leur permet de voir au-dessus des plantes qui couvrent une grande partie du lac. Les femmes rament de la manière courante, à la main, assises les jambes croisées à la poupe. 











Cette après-midi, grand tour du lac pour découvrir la vie traditionnelle de ses habitants. 

Les fermiers cultivent aussi des légumes et des fruits sur des jardins flottants. Ceux-ci sont formés de racines extraites des parties les plus profondes du lac, qui sont rassemblées en “nappes“ ancrées par des piquets de bambous. Ces jardins montent et descendent avec le niveau de l'eau, ce qui leur permet de résister aux inondations. Ils sont extrêmement fertiles, grâce à l'eau chargée de nutriments. Le riz est aussi cultivé sur les berges. 
















Nous naviguons le long des berges en longeant de beaux villages avec leurs maisons sur pilotis entourées de jardins flottant. Les habitants s’activent à leurs occupations en nous faisant des signes de la main pour nous saluer.  

















Le lendemain, nous sommes partis au Sud-Ouest du lac, visiter le marchés semi couvert de Phaung Daw OO au pied de la grande Pagode Hpaung Daw U. 
















C’est un marché local typique très animé avec ses étales de produits locaux déposés à même le sol. 

Des femmes portent leur coiffe rouge ou orange traditionnelle de Shan et souvent leur visage 

arborent un masque en Thanaka. C’est une pâte cosmétique blanc-jaune d’origine végétale 

couramment utilisée en Birmanie. Celle-ci s’étale sur les joues, le front, le nez et parfois les bras. 

Elle protégera la peau du soleil et rendra la peau douce. Le Thanaka est traditionnellement vendu 

en petits rondins ou en fagots, et aujourd'hui aussi sous forme de pâte ou de poudre. La crème de 

Thanaka est faite en râpant l'écorce, le bois ou les racines de l'arbre avec un peu d'eau sur une pierre 

circulaire appelée kyauk pyin, munie d'une rigole pour évacuer l'eau. Son usage remonterait à plus de 

2 000 ans.


Dans l’après-midi, nous sommes partis à la rencontre de la tribu des Padaung, les femmes au long cou. 


Les femmes de cette tribu portent des ornements autour du cou que l’on peut qualifier de 

collier-spirale. C’est autour de l’âge de cinq ans que les fillettes reçoivent leur premier collier-spirale 

et celui-ci est remplacé par une spirale plus longue au fur et à mesure de leur croissance. Ce ne sont 

donc pas des anneaux que l’on ajoute, mais toute la spirale que l’on change.

Contrairement à la croyance populaire, ces spirales n’affectent pas les vertèbres du cou pour les 

allonger, mais elles pèsent sur les côtes qui évoluent en penchant vers le bas. Ainsi, plus les côtes 

penchent, plus le collier tombe sur les épaules, ce qui le rend trop large et pas assez grand pour 

envelopper encore tout le cou. C’est à ce moment qu’il est remplacé par une spirale plus longue, 

afin de continuer le processus. Ces spirales doivent être enlevées pour pouvoir être remplacées par des 

plus longues, ce qui infirme l’idée selon laquelle les enlever serait mortellement dangereux pour ces 

femmes. En effet, elles ne mourront pas “énuquées“ même si effectivement leurs muscles sont affaiblis.  


Retour à notre hôtel pour y passer la soirée et la nuit. Nous étions à l’hôtel Paradise Inle Resort. C’est un bel hôtel sur pilotis qui se trouve sur la rive Est du lac. Des passerelles en bois relient tous les bungalows au bâtiment principal de la réception, au restaurant et à la jetée. Le complexe est entièrement fabriqué à partir de matériaux locaux. Les chambres bungalows ont un coin salon et une terrasse avec une vue superbe sur le lac. Le service est agréable et souriant, et on y mange très bien. 








Dans la matinée, nous quittons le lac pour la journée et partons en voiture en direction des pagodes de Kakku qui se trouve à 1h de route de la ville de Taunggyi. 

 

Les Pagodes de Mwe Taw Kakku :                                                                         Site coup de cœur


C’est un site remarquable où il y a plus de 2 000 pagodes sur une superficie de 306 m de large et 150 m de long. Jusqu'en 2001, la visite de Kakku était interdite aux étrangers. Ce ”lieu magique du Pa-O“, groupe ethnique du Myanmar, est disposé en rangées soignées sur le flanc d’une colline où l’on peut flâner à notre guise. Selon la légende, les premières pagodes ont été construites par les missionnaires bouddhistes de l’empereur indien Ashoka en 300 avant J.C. Le stupa central, Asokar Stupa, date probablement du XVIe siècle. 

















Le site est de toute beauté, c’est la perle de la Birmanie et nous avons eu la chance d’y être seul pour le visiter. Se balader dans ce lieu unique au milieu de ces milliers de pagodes somptueusement décorées de sculptures élaborées aux détails extraordinaires a été une expérience unique. 

Nous rentrons vers le lac Inle des images de ce site plein les yeux. Nous nous sommes arrêtés dans la ville de Nyaug shwe au bord du lac pour visiter le monastère de Shwe Yan Pyay. 


Nyaug Shwe


Située au Nord du lac Inle, cette ville est le point de départ pour la visite du lac. Elle est connue aussi pour son monastère en bois de Shwe Yan Pyay. Construit en 1907, il possède un intérieur magnifiquement sculpté, au plafond doré et repose sur de solide pilotis. C’est un centre de formation pour jeunes moines. 

Non loin, une petite pagode offre de magnifiques peintures murales et une centaine de petites niches abritant des Bouddhas.

















Dernière nuit sur le lac Inle avant de repartir pour Yangon et rentrer en France. 



                                                                                                                                                    Voyage coup de cœur



Conclusion : C’est une destination magique. Un pays extraordinaire qui m’a fait découvrir des lieux incroyables et incontournables. La Birmanie a un patrimoine fabuleux, riche d’une culture millénaire. Elle offre de précieux trésors comme, la magie de Bagan, la beauté du Lac Inle, le mystère de milliers de pagodes, la richesse des paysages, et bien sûr la joie de vivre et la gentillesse légendaire des habitants. Ce voyage m’a laissé un souvenir impérissable. J’ai adoré, un vrai coup de cœur ! 

















                                                                                                                  Patchwork en photos de notre voyage


                                                                                Carte de notre périple






 















——————————————————————————————————————————————————————————————————————————


Ce temple est un des plus connus de Birmanie. Il abrite un Bouddha couché long de 66m. Il est exposé dans une sorte de hangar en métal pas très beau mais sa grandeur est impressionnante.
Ce temple est un des plus connus de Birmanie. Il abrite un Bouddha couché long de 66m. Il est exposé dans une sorte de hangar en métal pas très beau mais sa grandeur est impressionnante.
Tout le long du trajet, des singes à tête rouge vous accueilleront et vous motiveront pour l'ascention du Mont Popa.
Tout le long du trajet, des singes à tête rouge vous accueilleront et vous motiveront pour l'ascention du Mont Popa.
Tout le long du trajet, des singes à tête rouge vous accueilleront et vous motiveront pour l'ascention du Mont Popa.
Le site se trouve à une cinquantaine de kilomètres au Sud-Est de Bagan. Appelé aussi Taung Kalat, il est considéré comme le refuge des 37 Grands Nats
C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.
C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.
C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.
C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.
C’est l’un des temples les plus vénérés au Myanmar. Ce jour là, il y avait vraiment une effervescence dans ce temple. Des cortèges de femmes joliment vêtues portaient des bouquets de fleurs pour faire des offrandes, des familles avec leurs enfants venaient prier et sentir la présence compatissante de Bouddha. Des moines en procession se dirigeaient aussi vers ce lieu sacré pour venir se recueillir et méditer.
Véritable cité interdite, l'ancien palais royal de Mandalay, devenu le Fort Dufferin, est spectaculaire par ses dimensions
Véritable cité interdite, l'ancien palais royal de Mandalay, devenu le Fort Dufferin, est spectaculaire par ses dimensions
Le roi Bodawpaya a également fait couler une cloche gigantesque pour accompagner son énorme stupa. La cloche de Mingun, pesant 90 tonnes, est aujourd'hui la deuxième plus grande cloche qui sonne au monde.
Le roi Bodawpaya a également fait couler une cloche gigantesque pour accompagner son énorme stupa. La cloche de Mingun, pesant 90 tonnes, est aujourd'hui la deuxième plus grande cloche qui sonne au monde.
Nous prenons un taxi local pour aller jusqu’à la pagode blanche de Myatheindan.  Pas très rapide et assez tapecul mais tellement Fun…
Une fois arrivé, nous sommes montés sur une pirogue à moteur. Nous voilà partis à toute vitesse sur un canal, longeant les premières habitations sur pilotis, pour rejoindre notre hôtel en plein milieux du lac afin de déposer nos bagag
Les pêcheurs Intha rament d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille.
Les pêcheurs Intha rament d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille.
Les pêcheurs Intha rament d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille.
C’est une pâte cosmétique blanc-jaune d’origine végétale  couramment utilisée en Birmanie.
Les femmes de cette tribu portent des ornements autour du cou que l’on peut qualifier de  collier-spirale.
C’est un bel hôtel sur pilotis qui se trouve sur la rive Est du lac.
C’est un bel hôtel sur pilotis qui se trouve sur la rive Est du lac.
C’est un bel hôtel sur pilotis qui se trouve sur la rive Est du lac.
Exemple de périple en Birmanie


© Textes et photographies : Stéphane Campagne/All rights reserved. 

Le contenu de ce site est protégé par le droit d’auteur, toute reproduction totale ou partielle est interdite







A PROPOS  -  CONTACT    

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.